Chanter pour notre santé

Je suis membre fondateur de l'Association Santé Charonne. Depuis sa création l'association a évolué, s'est adaptée.

Fin 1990, nous avons mis en place divers ateliers dont la durée a été variable, parfois éphémère. A la fin de l'assemblée générale de 2001, comme souvent un petit pot était organisé, quelques boissons et quelques gâteaux partagés permettent de mieux se connaître et de renforcer la convivialité. Dans l'euphorie d'une AG bien menée, d'une association vivante et de la joie d'être ensemble, nous nous sommes mis à chanter.

Qui a dit : « ...et si nous montions un atelier chorale ? ». A l’initiative de l’association Santé Charonne, dans le but de concourir à la santé, entendue non comme absence de maladie mais comme un état général concourant au bien être, à la mise en relation de personnes, à la lutte contre l'isolement par une activité commune.

Sitôt dit, sitôt fait nous étions six ou sept, nous y avons amené quelques ami(e)s, il ne restait plus qu'à trouver un chef de chœur. Alphonse Pageault a dit « mon épouse chante dans une chorale à Bagnolet, le chef est sympa, si on lui demandait ? ». C'est comme ça que le jour de la première répétition nous nous sommes retrouvés à une dizaine, ne connaissant pas la musique, ni lire une partition. Nous avons vu débarquer un grand mec, cheveux aux mèches vertes, c'était Dominique Paulain. Et c'est parti !

Quelque temps plus tard, à la fin d'une répétition nous nous sommes retrouvés au bistro du coin, chanter donne soif c'est bien connu ! L'idée a germé de se trouver un nom, les plus farfelus on été proposés, il fallait un rapport avec la santé et à ce qui s'y rapporte, quelqu'un a lancé « ... éther ! », Ainsi est né "Faites les taire".

petite Chorale Faites les taire 1petite Chorale Faites les taire 2petite Chorale Faites les taire 3

Cette activité ayant sa logique propre et répondant à des besoins différents des buts premiers de l’association Santé Charonne, elle s’est constituée en une association juridiquement distincte de l’association mère tout en gardant des relations étroites et en harmonie avec celles-ci.

La chorale "Faites les taire" est ouverte à tous et à toutes, sans expérience préalable, un quart d'hommes, trois quarts de femmes. A quand la parité ! Une seule obligation : avoir l’envie de partager le plaisir de chanter ensemble. Elle utilise des techniques de relaxation, fait travailler la voix et la mémoire, oblige à être attentif au groupe, est créatrice de lien social, développe les qualités artistiques de chacun dans un espace collectif, etc. Nous avons choisi de pratiquer un répertoire éclectique comprenant des chants populaires et classiques, des chants de lutte et des chants religieux, des chants de la Renaissance et des œuvres d’auteurs contemporains. Nous puisons à toutes les époques, tous les horizons, et chantons en plusieurs langues.

Depuis certains choristes sont partis, d'autres nous ont rejoints, nous sommes une quarantaine, mais la chorale a essaimé : ceux du début qui venaient du 18è ont créé une chorale à La Chapelle, des membres travaillant à la CFDT en ont créé une avec des collègues au sein de ce syndicat, etc. Toutes ont le même chef et de temps en temps nous donnons des concerts communs sous le nom générique de COURANTS D'AIRS. Ainsi nous avons donné un concert Nougaro en 2007, « Les marinades » chants de mer et de marins en 2010 et cette année une évocation des chants de lutte du Moyen Age à nos jours en passant de Va pensiero de Verdi au Grandola de la Révolution des œillets.

Alors si vous avez envie de chanter décontracté, mais sérieux venez nous rejoindre, nous répétons tous les lundis de 20h à 22h15 à l'AGECA, venez faire un essai ça n'engage à rien.

Visitez notre site, du moins la partie en accès libre et venez nous écouter...

Site de la chorale "Faites les taire"

nicole bachten

Philippe Martin – Nicole, vous êtes un des piliers de l’Association Santé Charonne (A.S.C.). Comment avez-vous connu l’A.S.C. ?

Nicole Bachten L’A.S.C. est née à la suite d’une enquête sur les besoins de santé de la population du quartier Charonne réalisée en 1972. J’avais des amis qui étaient membres de l’A.S.C. depuis plusieurs années et qui m’en avaient parlé. Mais, en fait, mon premier contact direct avec l’A.S.C. s’est produit en 1980 lors d’une consultation médicale personnelle avec l’un des médecins du centre.

PM – A quel moment vous êtes-vous engagée dans le fonctionnement de l’association ?

NB En 1982, la secrétaire de l’époque, Geneviève, est partie à Nantes. J’avais été secrétaire dans une entreprise du quartier pendant de nombreuses années. J’ai accepté d’assurer le secrétariat de l’association, puis, je suis entrée au Conseil d’administration.

PM – Quelles étaient les orientations de l’association à ce moment ?

NB Nous étions surtout attentifs au bon fonctionnement du "projet". Sur les bases de l’enquête de 1972 nous voulions développer une médecine qui prenait le temps d’écouter les malades et de les informer sur le plan de la santé. Les médecins devaient rester dans le secteur 1 (tarif de base de la Sécurité sociale). Ils ont développé un réseau de relations avec les hôpitaux proches.

PM – Quels ont été les bons moments et les passages difficiles ?

NB Nous avons connu des moments de réflexions euphoriques, mais aussi des périodes difficiles sur le plan financier, avec la course aux subventions dont le niveau et le renouvellement étaient toujours incertains. Heureusement, Antoine Lejay, le président de l’A.S.C. à cette époque, avait des relations dans les ministères. Je l’ai accompagné dans ses démarches en tant que présidente adjointe. Mais, il est arrivé que les administrateurs avancent de l’argent pour assurer le paiement du salaire de la secrétaire du cabinet médical.

PM – En arrivant dans l’A.S.C., on est surpris par les différentes activités proposées dans les ateliers. Comment ces activités ont-elles démarré ? Quels rapports avec la santé ?

NB L’idée de départ était de créer des liens entre les personnes. Une chorale a été créée en 1990, elle continue sous forme d’une association indépendante. Le CinéCharonne a commencé à projeter des films en rapport avec la santé, toujours avec l’idée d’associer le public à un "mieux vivre". Un atelier mémoire a vu le jour avec une subvention pour commencer pendant un an. Maintenant, ce groupe fonctionne de façon informelle. Il y a eu également un atelier lecture et un atelier écriture. Le Dr. Weizmann est à l’origine de la création de l’atelier souffrance au travail. Et puis, nous avons initié l’atelier cuisine. La difficulté est de trouver des personnes qui s’engagent dans la durée.

PM – Comment voyez-vous l’évolution de l’A.S.C. ?

NB Le projet de la Maison de Santé Pluridisciplinaire est évidemment très important. Mais c’est une autre étape qui me dépasse. Heureusement, le projet est porté par des personnes pleinement engagées pour la définition du fonctionnement et pour les aspects financiers. Il faut réussir à faire porter les projets par des binômes pour assurer leur continuité et permettre l’engagement des bénévoles.

 

 

En bref...

 

L'Association Santé Charonne est née en décembre 1977 à l’initiative des habitants du quartier qui ont souhaité répondre aux besoins en matière de santé, permettre l’exercice d’une médecine à l’écoute du patient dans sa globalité.

plus blanc bleu

 

 

 

 

Vous voulez participer ?

rejoignez-nous,

cliquez !plus blanc bleu

 

 

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
6
7
8
9
13
14
15
16
20
21
22
23
25
27
28
29
30