Hippocrate, un film de Thomas Litihippocrate

L’hôpital que chacun de nous, un jour ou l’autre, peut fréquenter nous permet d'entrer, avec ce film, dans les coulisses du monde hospitalier. C'est aussi un moment de détente, situation peut banale quand on effleure ce sujet.
Je serais tentée de vous conseiller, comme l’écrit dans le journal Le Monde Franck Nouchi, d’aller le voir avant qu’il ne soit plus à l’affiche.

Viviane Bruez


Un regard juste et drôle sur l'hôpital public (Le Monde du 3.09.2014)

Jamais sans doute, dans un film français, l'hôpital public n'avait été montré avec une telle justesse, une telle précision ; jamais la réalité du monde hospitalier, les problèmes auxquels doivent faire face ceux qui y vivent, qu'ils soient médecins, infirmiers, aides-soignants ou patients, n'avaient été observés avec une telle acuité. Hippocrate, le film de Thomas Lilti, ne serait que cela, ce serait déjà formidable. Mais comme il s'agit, en plus, d'un film épatant, drôle, émouvant, intelligent, on commencera par une prescription : à voir sans tarder.

Au départ, c'est l'histoire de Benjamin (Vincent Lacoste), dont c'est le premier jour du premier stage en tant qu'interne dans le service de médecine interne d'un hôpital parisien. Il n'a pas choisi la facilité : son père, le professeur Barois (Jacques Gamblin), en est le tout-puissant chef de service.
Un type sympa, ce Benjamin, avec son air un peu ahuri d'adolescent attardé, même si on n'est pas forcément très rassuré, pour lui et pour ses malades, lorsque la chef de clinique, le docteur Denormandy (Marianne Denicourt), lui dit qu'il aura désormais sous sa responsabilité pas moins de dix chambres et dix-huit patients.
Il est à peine arrivé dans le service que Myriam, une infirmière du service (Carole Franck), lui demande de faire une ponction lombaire à un patient. Bravache, il se lance dans l'opération, faisant mine de savoir où et comment planter l'aiguille. Heureusement, Abdel, un collègue algérien " faisant fonction d'interne " (Reda Kateb), passait par là. " Laisse-moi faire " : le ton et le geste assurés, il ne lui faudra que quelques secondes pour sortir son confrère du pétrin.
L'obstacle de la ponction franchi, Benjamin crut la partie gagnée. Sa première garde s'était passée sans encombre. Il y avait bien eu ce patient qui se plaignait de douleurs et à qui les infirmières n'avaient pas fait l'électrocardiogramme (ECG) que Benjamin avait – mollement – réclamé.
Mais, avec des antalgiques, les choses finiraient bien par rentrer dans l'ordre. Au petit matin, le service paraissait calme, et lui, l'interne de garde, se prenait même des envies de frime. Il lui fallut vite déchanter. Le patient de la nuit venait d'être trouvé mort dans sa chambre. Que s'était-il passé ? Où était passé l'ECG qui avait dû être pratiqué, forcément ?
Dilemme éthique
Cette erreur médicale manifeste constitue le premier fil dramatique d'Hippocrate, le premier cas de conscience de Benjamin. Le second, en forme de dilemme éthique, a trait à une vieille dame souffrant d'insuffisance respiratoire qui voudrait tout simplement ne plus souffrir et qu'on la laisse mourir tranquillement.
Dans les deux cas, Benjamin se retrouvera face à Abdel. Lui, le fils de mandarin, l'interne qui tout naturellement trouve sa place en salle de garde auprès de ses pairs, devra admettre que ce médecin algérien, sous-payé, qui vit seul dans une chambre misérable à l'hôpital, est largement plus compétent que lui.
Par la force des choses, il devra accepter l'idée d'être en quelque sorte initié par lui aux bonnes pratiques hospitalières. Jusqu'à finir par lui en être redevable et tout tenter pour que sa situation injuste s'améliore.

Les acteurs de ce film sont tous hallucinants de justesse et de vérité. Sous la direction de Thomas Lilti, qui est lui-même médecin, ils parviennent à reproduire devant la caméra les mille et un gestes, les mille et une paroles si caractéristiques de l'exercice médical.
Non content d'avoir réussi cette reproduction " à l'identique " du monde hospitalier, de son atmosphère, de ses us et coutumes, de ses hiérarchies et de ses jeux de pouvoir, Lilti a voulu aller encore plus loin, jusqu'à poser, au travers d'un mouvement de grève, les enjeux de l'hôpital public à l'heure des restrictions budgétaires. Cet ECG que Benjamin n'a pas obtenu, les infirmières l'affirment, c'est parce que tous les appareils étaient obsolètes.
Plutôt que de s'en prendre aux lampistes, l'administration hospitalière et les autorités sanitaires feraient mieux de s'interroger sur les conséquences médicales de ce qui ressemble fort à une politique d'austérité aveugle et sourde.
Il y a, dans cet exposé des maux de l'hôpital, un côté catalogue qui pourrait à la longue lasser s'il n'y avait, de la part du réalisateur, cette volonté opiniâtre de ne rien laisser de côté, de tout montrer pour mieux faire comprendre. Manque de personnel, manque de moyens, l'hôpital public craque de partout : Hippocrate le dit fort bien, et avec force, au point que l'on ne saurait trop recommander à François Hollande et à ses ministres d'aller, eux aussi, voir ce film sans tarder.

Franck Nouchi


Hippocrate, de Thomas Lilti.
Avec Vincent Lacoste, Reda Kateb, Jacques Gamblin et Marianne Denicourt (1 h 42).

 

Vous voulez participer ?

rejoignez-nous,

cliquez !plus blanc bleu

 

 

Participation aux ateliers

- Adhérent de l'association :

15 euros par atelier pour l'année scolaire de septembre à juin.

 

- Non adhérent de l'association :

35 euros par atelier pour l'année scolaire de septembre à juin.

 

Vous souhaitez adhérer ?

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30